Le 23° congrès eut lieu à Taïpei, Taiwan, en Septembre 2003, sous la présidence de Chi-lung Wang et avec Dr. Maurus Young comme secrétaire général. C’était la troisième fois que Taïwan était l’hôte d’un congrès depuis 1973.

Le congrès de Taïpei réunit près de 350 poètes, près de la moitié des poètes locaux, dont Dr. Tin-wen Chung, un des fondateurs du Congrès Mondial des Poètes, alors que l’autre moitié venait de 26 pays du monde, dont Dr. Justice Mohan, ancien président de WAAC/WCP, d’Inde, Dr. Milan Richter, ancien 1° vice-président de WAAC/WCP, de Slovaquie, Dr. G. Mend-Ooyo, poète lauréat de Mongolie et Dr. Lucy Cabieles, poètesse lauréate des Etats-Unis etc….

Le congrès était parrainé par Dr. Yu Hsi, fondateur de « Taipei’ s Poem Culture Corp. » et du « Crane Summit 21st Century International Forum », devenu depuis 2004, le bienfaiteur de l’Académie Mondiale des Arts et de la Culture et du Congrès Mondial des Poètes.

Le congrès procéda, d’une manière vivante et colorée, à la combinaison des réunions et des visites touristiques.

Une chose importante à mentionner est que presque toutes les dépenses des membres du comité exécutif de WAAC/WCP et des orateurs principaux étaient payées par leurs hôtes. Les poètes furent particulièrement reconnaissants de l’hospitalité des organisateurs.

Une anthologie mondiale de poésie de 120 pages, regroupant les poèmes des participants, fut diffusée après le congrès.

En réponse à une demande de la délégation coréenne, une résolution fut adoptée de tenir à Séoul, en 2004, le 24° congrès.

Le congrès de Taïpei se termina par la cérémonie des récompenses et par des applaudissements dans l’hôtel 4-étoiles de luxe « Asian World Hotel ».

Voici un commentaire de Rosemary C. Wilkinson. Ancienne présidente, sur le 23° congrès

Une fois encore, un congrès à Taïpei accueille les poètes du monde, à la suite du 2° congrès de 1973, avec la présence renouvelée de notre co-fondateur et président Tin-wen Chung, qui avait présidé ce second congrès, avec Wang Chi-lung qui avait organisé et présidé le 15°congrès en 1994 et qui continue avec ce 23° congrès en 2003, ce qui démontre la vertigineuse profondeur de la poésie dans la tradition orientale, en même temps que l’héritage et la culture qui conduisent les nations du monde, par imitation, à être les hôtes d’un congrès mondial des poètes. Quand Dr. Amado Yuzon a convoqué le 1° congrès à Manille en 1969, la graine était plantée pour faire avancer ces symposiums grâce à la création de l’Académie Mondiale des Arts et de la Culture par les co-fondateurs Tin-wen Chung (Taïpei), Krishna Srinivas (Inde), Lou Lu-Tour (Etats-Unis), une organisation maintenant vieille de plus de 30 ans. L’Académie a été fondée en 1973 et approuvée par le conseil d’administration en 1982 en Espagne. Elle a été enregistrée en 1985 dans l’état de Californie, auprès du «Federal Franchise Tax Board- USA » comme une organisation littéraire bénévole (sans connexion avec aucune autre organisation), susceptible de recevoir des donations déductibles des impôts et des cotisations annuelles pour soutenir les opérations entreprises par des poètes par ailleurs totalement bénévoles. Les objectifs du Congrès Mondial des Poètes sont quatre bulletins annuels, toujours sur le même thème : la fraternité mondiale et la paix par la poésie, sous les auspices de l’Académie Mondiale des Arts et de la Culture. Le conseil d’administration comprend 13 membres, dont 8 vice-présidents, président, secrétaire général, trésorier, chapelain, conseiller et, à la majorité simple des présents, peut supprimer, ajouter ou changer des éléments de la charte à l’attention du secrétaire de l’état de Californie et du « Fed. Franchise Tax Board » (nous sommes une mini U.N.). Maintenant nous avons quatre directeurs des adhésions et un traducteur pour notre conseiller : un comité international pour les congrès qui peut travailler jusqu’en 2015 sous réserve de remplacements. Il y a trois présidents émérites : Amado Yuzon 1969- 1979; Tin-wen Chung 1979-1994. Rosemary C. Wilkinson 1994-2003. Les langues officielles sont : l’arabe, le chinois, l’anglais, le français, le grec, l’hébreu et l’espagnol. L’idée des fondateurs était d’inviter l’est à l’ouest et l’ouest à l’est, afin qu’une fois dans leur vie les poètes puissent assister à un congrès des poètes près de chez eux. Les trois occasions qui bénéficièrent de l’extraordinaire hospitalité taïwanaise furent simplement superbes. Que les musées fussent capables de changer chaque semaine leurs objets, sans jamais déroger à l’art de l’exposition, ne manqua pas de nous surprendre. Nous avons apprécié les visites touristiques aux gorges de Toroko, au lac Sun-Moon, aux arbres vieux de 5000 ans, et bien d’autres, et nous avons pensé ne jamais vouloir quitter ce pays oriental enchanté.

L’Académie distribue tous les ans des doctorats «Honoris causa » en littérature pour honorer des poètes, majeurs ou mineurs, et les encourager à poursuivre leur œuvre, à la partager, la traduire, la faire pénétrer dans le système éducatif mondial, l’annoncer dans des magazines littéraires prestigieux ou dans les médias, à l’image de deux célèbres poètes plus âgés, He Jingzhi (ancien ministre de la culture, Pékin, Chine) et Zang Kejia, ou encore de Tuvia Ruebner d’Israël. « L’anthologie de poésie pour la paix mondiale », rédigée par Yan Yi, notre vice-président et par moi-même, imprimée en 2000 par Yan à Pékin (exemplaires reliés et technologie-soie-blanche-jamais-utilisée-auparavant), hors commerce, a été adressée à la bibliothèque des Nations-Unies. Selon la bibliothèque, ce fut la première fois qu’elle recevait quelque chose de ce genre, contenant des poèmes et des déclarations de chefs d’états de plus de 100 pays, en couleur, avec les photos des auteurs et leurs oeuvres traduites dans 5 langues autres que la leur. L’ouvrage a aussi été déposé aux bibliothèques de UC-Berkeley, CA Library, UCLA, USF, Stanford…Il n’y eut qu’une seule édition.

A la fin de mon terme de trois années, je suis en train d’écrire une autobiographie relatant mes 40 années de carrière littéraire. Je sais que notre président Justice Mohan poursuivra la tâche à l’infini et j’ai confiance dans le fait que les poètes iront toujours de l’avant : debout, poètes, restaurons la Terre.

Félicitations Wang Chi-lung (depuis 1969) pour votre hospitalité à travers les années.

Respectueusement,

Rosemary C. Wilkinson

Présidente 1994-2003