Le 22° congrès fut un remarquable succès. Il eut lieu à Iasi, en Roumanie, sous la présidence du poète Dorin Popa, du 28 octobre au 1° novembre 2002, et rassembla plus de 50 poètes de 4 continents (Asie, Amériques du nord et du sud, Europe) au Traian Hotel de Iasi. Les vices-présidents du congrès furent Liviu Antonesei, Lucian Vasiliu et Codrin Liviu Cutitaru.

Il vint des poètes de tous les âges, à commencer par une jeune fille locale de 15 ans (Isabela Stoicescu) et allant jusqu’à l’âge bien mûr de 83 ans (Goro Ihara et Ritsuto Kawabata). Et malgré leurs différentes langues maternelles et nationalités, tous ces poètes découvrirent bientôt pour eux-mêmes que la meilleure manière de se comprendre les uns les autres était de parler la langue universelle de la poésie.

L’ouverture officielle du congrès fut la cérémonie qui eut lieu dans la salle de conférences de l’Unirea Hotel. Y furent prononcés des exposés stimulants de Dorin Popa, Rose Mary Wilkinson (Etats-Unis), présidente de WAAC, Justice Mohan (Inde), vice-président de WAAC, et du professeur Jascha Kessler (Etats-Unis). C’est à cette occasion que le poète Dorin Popa reçut le diplôme de « Docteur honoraire de littérature » Les différentes séances et lectures du congrès eurent lieu à l’hôtel Traian, en anglais, chinois, espagnol ou hébreu.

Le grand projet de cet évènement était de permettre, grâce à la poésie, au monde de vivre dans l’unité, la paix et l’amour. Selon les mots de Rose Mary Wilkinson, la présidente qui se retirait : « A petites étapes, avec de petits évènements, le Congrès nous offre un grand rôle. Tout ce qui a lieu ici devait avoir lieu, parce que c’était nécessaire ! » Son message était clair : le but final de la littérature est de maintenir et de faire avancer une civilisation spirituelle.

Un moment-clé survint lors de la cérémonie de clôture, quand le président du congrès, Dorin Popa fut couvert d’honneurs, de récompenses et de diplômes par les membres de l’Académie Mondiale des Arts et de la Culture, ainsi que par d’autres participants. Un invité d’honneur était le poète Prof. Ernesto Kahan, vice-président des « Médecins pour la prévention d’une guerre nucléaire », une organisation qui fut lauréate du Prix Nobel de la Paix en 1985. Ce poète, natif d’Argentine, représentaient au congrès Israël et l’IFLAC (International Forum for the Literature and Culture of Peace). Et, avec Joseph Azar (Etats-Unis) et Maria Eugenia Soberanis Nogueda (Mexique), Kahan communiqua à l’auditoire les résolutions qu’il espérait voir adoptées par le prochain congrès. Par dessus tout, tous les poètes espèrent contribuer à l’union mondiale et à la paix. Ils souhaitent vivement accroître leurs communications en espagnol et en portugais, en même temps qu’en anglais.