Le 10° congrès eut lieu à Bangkok, en Thaïlande, du 14 au 18 Novembre 1988, sous la présidence de S.A.R. le prince Chand Chirayu Rejani, qui ne put être présent pour cause de maladie.

Le congrès de Bangkok revêt une signification spéciale, en hommage au long règne de S.M. le roi Bhumibol Adulyadej et aussi en témoignage de respect au poète Sunthorn Phu (1786-1855). L’ancien premier ministre M.R. Seni Pramoj, qui avait aimablement accepté d’assurer le vice-présidence, inaugura le congrès par un discours d’ouverture intitulé : « La musique dans la poésie thaï ». Le comité d’organisation du congrès était présidé par Prof. Sutharm Areekul, recteur de l’université Kasetsart, et son collègue, Prof. Montri Umavijani, présidait le comité international pour le congrès. De fait, Prof. Umavijani a joué le rôle de président du congrès.

Plus de 300 poètes renommés participèrent au congrès. Parmi eux environ un tiers étaient des participants locaux et les deux autres tiers originaires de l’étranger. Les thèmes du congrès furent : (1) La poésie comme vision de l’humanité, (2) Le jeu et la place de la poésie dans le monde moderne, (3) Poésie et chant, et (4) La poésie de voyage. Les discussions et les conclusions furent fructueuses. Quarante-trois articles des participants furent publiés en un ouvrage.


Lors de tous les congrès précédents, du 1° au 9°, la délégation de la République de Chine à Taïwan avait été l’une des plus nombreuses. Lors du 10° congrès, nous fûmes heureux de voir une autre délégation, originaire de Chine continentale, se joindre à nous. La délégation de Chine continentale était composée de dix poètes issus de dix régions, depuis des talents de Harbin au nord jusqu’à des talents de Guangzhou au sud. Ainsi des Chinois issus des deux bords du détroit de Taïwan se rencontrèrent lors du 10° congrès, qui fut appelé, par la suite, « le pont de Bangkok ».

Le congrès adopta une résolution importante, qui est la suivante : « Chaque étudiant d’université doit connaître son poète national (ou sa poétesse nationale) et/ou un poète du monde. Nous demandons à l’UNESCO de solliciter que chaque nation nomme ses cinq poètes; anciens ou modernes, et les rende lisibles dans les langues officielles des Nations Unies dans un délai de deux ans. » Cette résolution fut présentée personnellement à l’UNESCO à Paris en 1989 par Prof. Umavijani.

S.A.R. le prince Chand Chirayu Rajani, président du 10° congrès, mourut le 29 Novembre 1991, peu après la publication de «Thai Faces » (« Visages Thaïs »), un épais ouvrage en édition royale, qui rassemblait un grand nombre de poèmes écrits sous la forme des « kloangs » thaïs, avec une traduction anglaise faite par le prince. Le livre incluait aussi les œuvres de 135 photographes internationaux renommés.