Sous le haut patronage de S.M. le roi Hassan II du Maroc, le 7° congrès eut lieu à, dans une ville culturelle immémoriale du royaume, Marrakech, du 14 au 20 Octobre 1984. C’était la première fois qu’un colloque international sur la poésie et la littérature se réunissait en Afrique. Ce fut un grand évènement historique.

Le président du congrès fut Dr. Léopold Sedar Senghor, qui fut un poète majeur d’Afrique en même temps que le président de la République du Sénégal. L’honneur apporté par sa présidence donna un éclat exceptionnel à ce congrès.

Les thèmes du congrès furent : (1) Esthétique au XX° siècle : l’image analogique, mélodie et rythme, (2) Le dialogue entre la culture et la création artistique en tant que facteur de développement, et (3) La poésie méditerranéenne. Le discussions sur ces thèmes furent animées et les conclusions fructueuses.


Les poètes furent reçus avec l’hospitalité et la courtoisie arabes traditionnelles, comme les hôtes privilégiés d’un roi : visites de monuments historiques, excursions à des endroits pittoresques, dégustations de thé sous les tentes, fêtes au palais, etc., plurent beaucoup aux poètes et, en retour, les poètes ont diverti le peuple marocain avec des récitations de leurs poèmes, place Fna Djemaa, dans la nuit étoilée. Cette merveilleuse soirée fut appelée la « soirée africaine de poésie ».

Un des moments forts du congrès fut l’hommage rendu au président Léopold Sedar Senghor par les poètes des cinq continents. Un des chefs-d’oeuvre du président, « Femme noire », a été déclamé en plusieurs langues.

Ce qui montre que le Congrès Mondial des Poètes est une grande famille, dans laquelle l’idéal de « pas de couleur ni de race particulière, mais toutes les couleurs et toutes les races » a été réalisé comme il avait été proposé dans les objectifs du mouvement.